REPONSE A UN INTERNAUTE

Je m’adresse à l’auteur de l’article LA SUBSTANCE RÉELLE DE L’ÊTRE. Est-ce bien Kiatezua L. Luyaluka?
J’ai bien aimé vous lire. La simplicité de votre exposé, sans doute; les exemples donnés.
Il me semble que c’est un bon équilibre entre les préjugés qui peuvent dominer les deux continents. Cela ne devrait pas suffire car cela ne donne rien contre le rationalisme et la sorcellerie de les condamner au nom de la religion. Chacun reste sur ses positions.
Il faudrait expliquer en quoi consiste ce qu’on appelle matière, science et pouvoir occulte. Et cet esprit divin, en quoi consiste-t-il? Comment a-t-il réparé votre automobile? Rien que par la foi comme élimination d’une inquiétude qui était pourtant justifiée? Si Dieu est esprit, qu’est-ce qu’un esprit?
La pensée va toujours un peu plus loin et se communique par son exercice. Quels sont les philosophes que vous aimez lire?
Meilleures salutations.

B. Dupriez

Salut Mr Dupriez
C’est avec grand intérêt que j’ai lu le commentaire que vous avez laissé sur mon blog (www.animiques.wordpress.com). Je saisis bien le sens de votre questionnement : qu’est que la matière, la science et le pouvoir occulte ? Et cet esprit divin, en quoi consiste-t-il? Comment a-t-il réparé votre automobile? Rien que par la foi comme élimination d’une inquiétude qui était pourtant justifiée? Si Dieu est esprit, qu’est-ce qu’un esprit?
J’ai déjà eu à réfléchir sur ces questions et je peux en fournir des réponses (disponibles dans mes différentes publications). Mais, à mon sens, la vraie interrogation qui couve derrière vos questions est de nature épistémologique. La vraie question est donc celle-ci : dois-je, en tant qu’Africain, pour avancer dans mon approche de la science et de la philosophie, toujours justifier d’abord ma position dans la pensée scientifique et philosophique empirico-rationaliste ? Ou, dois-je avancer par rapport aux présuppositions scientifiques et philosophiques de ma culture profonde, et qui t-à la pensée empirico-rationaliste de faire un effort pour saisir la porté de ma vision (si elle le souhaite) dans la mesure où elle veut élargir l’horizon de sa vision ?
Jusqu’à présent, scientifiques et philosophes africains se penchent sur la première approche pour faire avancer la cherche de l’identité scientifique et philosophique de l’homme noir. Et même si les efforts de la pensée rationnelle, nous poussant dans cette voie, sont sincères, ils tendent à nous enfermer dans un carcan duquel nous ne pouvons pas sortir.
Permettez-moi de parler simplement en termes de Blancs et Noirs. (De toutes les façons, je considère les races comme des qualités que chaque groupe d’hommes a développées et qui doivent aussi inspirer les autres groupes, et non pas des limitations qui tiennent à la pigmentation de la peau.) Les Blancs et les Noirs ne partent pas des mêmes présuppositions scientifiques et philosophiques. Les présuppositions fondamentales de la pensée du Blanc sont :
• La nature existe, c’est-à-dire que la matière est substantielle et non illusoire ; elle est même la réalité ultime.
• L’univers est uniforme, ce qui implique l’existence des lois naturelles.
• La nature est intelligible à l’esprit humain.
• Les informations fournies par les sens sont fiables.
L’homme blanc n’a jamais démontré la validité de ces assertions. C’est par la foi qu’on accepte leur véracité comme évidente et nécessaire pour toute validité des affirmations scientifiques. Ces présuppositions établissent les limites du champ empirique de la pensée de l’homme blanc, bien que leur validité ne puisse pas être démontrée. Il s’ensuit donc que la validité du champ empirique de l’homme blanc est un consensus établi et respecté dans son milieu pour l’avancement de sa compréhension de l’univers. Or, le malheur de l’homme noir, éduqué à l’école de la pensée occidentale, est de croire que le champ d’investigation empirique, tel que délimité par le Blanc, est une vérité scientifique.
Je démontre dans mes différents ouvrages que le Noir ne part pas des mêmes présuppositions que l’homme blanc. Les présuppositions de départ de l’homme négro-africain sont :
• La réalité est ultimement spirituelle.
• La matière n’est qu’une perspective de la réalité.
• Toute vraie connaissance est ultimement comprise dans une connaissance de Dieu, de sorte toute vérité est révélation.
Je sais que ces affirmations peuvent vous paraître révoltantes au point que vous pouvez me demander si je peux les démontrer. Rappelez-vous cependant que vous-même vous ne pouvez pas démontrer les présuppositions de départ de votre pensée. Mais moi, j’ai l’avantage sur vous en ce que, par l’argument cosmologique (voir la deuxième partie de mon livre intitulé la Religion kôngo, Paris : l’Harmattan, 2010), je peux démontrer la validité de mon point de départ.
Il se dégage des présuppositions de l’homme noir, l’existence de trois domaines d’inquisition scientifique : le matériel, l’éthérique, et le spirituel. Il s’ensuit aussi que le champ empirique matériel n’est qu’un sous-ensemble du champ empirique éthérique, et tous les deux ne sont que des perspectives limitées de la réalité qui est spirituelle.
Cette vision des choses, mes ancêtres l’ont développée depuis des millénaires ; alors que chez vous en Occident, c’est à peine que la parapsychologie commence à comprendre que l’homme peut quitter son corps physique et se trouver dans un corps éthérique tout en étant conscient ; en d’autres termes, les parapsychologues se rendent compte qu’il existe un domaine d’observation éthérique (c’est-à-dire un domaine empirique extra-matériel).
Ceci m’amène à la conclusion suivante, le Blanc a choisi de limiter sa perception de la réalité au domaine d’inquisition matériel. Tandis que l’homme noir perçoit les choses dans les trois domaines d’inquisition. Il ne rejette pas le matériel, mais il sait que s’il se limite au matériel, il limite son expérience et sa technologie. Alors la question finale est celle-ci, dois-je absolument justifier ma science, ma philosophie et ma technologie par rapport à votre limitation ? La réponse est certes NON. C’est à vous d’étendre votre vision, comme le fait déjà la parapsychologie, et de comprendre que votre vision n’est que l’une des deux approches de faire la science et la philosophie, et de proposer finalement des solutions technologiques.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: