Présentation de l’Institut des Sciences Animiques

skip to main skip to sidebar

Vocation de l’Institut des Sciences Animiques

L’Institut des Sciences Animiques (ISA) se veut une académie modern qui répand les enseignements des anciennes écoles initiatiques traditionnelles du mystère divin sacerdotal. La mission assignée à l’ISA est comprise dans l’œuvre de libération de l’Afrique de l’obscurantisme.

J’ai démontré dans ma thèse de doctorat que l’Afrique a principalement deux problèmes majeurs. Dès qu’une solution sera donnée à ceux-ci, les Noirs pourront résoudre tous leurs problèmes sans difficultés. Ces deux problèmes majeurs sont:

  • Comment lutter efficacement contre la sorcellerie : la sorcellerie est un grand obstacle sur la voie du progrès de l’Afrique. Les solutions offertes jusqu’à présent contre ce fléau sont inspirées de la pensée Occidentale et ont toujours été inadéquates.
  • Comment rétablir le lien entre le Noir et ses ancêtres-saints : ce lien est essentiel pour l’évolution spirituelle et scientifique de l’homme noir.

Cependant à ces deux problèmes s’ajoute un troisième qui est d’importance capitale pour une contribution plus efficace du Noir au développement de l’humanité: le retour de l’homme noir à sa manière de faire la science, c’est-à-dire le recours à son épistémologie originale comme le seul moyen efficace de résoudre ses problèmes.

Cette conviction de la nécessité de ce troisième point commence avec les observations selon lesquelles, quoique peu de gens l’admettent, les Grecs ont appris la science égyptienne. Mais les étudiant grecs des prêtes-savants d’Egypte ont réalisé que le savoir appris de leurs maîtres étaient dans l’approche de pensée des Noirs (l’épistémologie solaire) et inappropriée à leur civilisation, à la pensée matérialiste (la pensée lunaire). Ainsi les Grecs ont-ils travaillé à transposer la science des Noirs dans leur mentalité (la mentalité empirico-rationaliste).

Il est évident que quand les descendants de ces mêmes Grecs sont venus nous apprendre leur science, la moindre des choses que les penseurs africains auraient fait était de transposer à leur tour cette science dans notre mentalité (une mentalité intuitive que j’appelle plutôt mentalité animique, une mentalité qui commence toujours par Dieu alors que la mentalité de l’homme blanc commence toujours par la matière), une mentalité qui affirme la liberté de l’âme, pendant que l’approche occidentale a évolué vers une négation de cette liberté.

L’ISA à pour vocation de faire des recherches et d’encourager les recherches dans le cadre de la résolution de ces trois problèmes. Ceci implique la réintroduction des enseignements des académies initiatiques de métaphysique divine traditionnelle dans un cadre moderne. Il est évident que pour être efficaces de telles recherches doivent s’intéresser à l’égyptologie, à la philosophie et à la théologie.

L’ISA projette de publier ses recherches par des ouvrages, par des conférences scientifiques, par des séminaires de formation en métaphysique…

Nos premiers séminaires ont eu lieu en 2009 à Kinshasa et ont vu la participation des personnes qui sont venues de Brazzaville, de Kinshasa, de l’intérieur de la R.D.Congo  et de la Belgique

Contenu du cours de métaphysique divine de l’ISA

Mes séminaires visent à outiller l’Africain dans la lutte contre la sorcellerie et dans la guérison spirituelle. La religion a toujours été la colonne vertébrale de la culture de l’homme noir. Malheureusement, en parlant des enseignements traditions les gens souvent ne font pas la distinction entre le mystère divin, l’humain et le démonique ; ainsi on introduit dans la plupart des cas des éléments du mystère humain dans les enseignements du mystère divin.

Mon cours de métaphysique divine est donc basé sur trois religions :

  1. La religion osirienne, car c’est la théologie-mère d’où est sortie la religion traditionnelle Africaine (religion qui est comprise dans le mystère divin, parce que il n’est pas question pour l’ISA de descendre au mystère humain.).
  2. La religion kongo, car j’estime que les Bakongo ont su garder l’essentiel des enseignements du mystère divin africain dans la mesure où ils ont continué à l’enseigner dans leurs écoles initiatiques jusqu’aux années 1930 et j’ai pu recevoir de ces initiés du mystère divin africain la bénédiction pour continuer l’œuvre d’éveil de l’homme noir. Je considère donc la religion kongo (le Bukongo) comme un modèle qui permet à tout Africain de comprendre l’articulation du mystère divin dans sa propre ethnie.

En étudiant ces trois religions nous voyons l’évolution de la théologie du Verbe de l’Egypte à l’Occident et parmi les Noirs de l’Afrique et de la dispersion. Ce cours (qui dure 9 jours, trois heures par jours) permet à l’Africain d’aborder la théologie du Verbe non pas comme une religion d’importation (le christianisme scolastique) mais comme une dissémination d’une pensée d’origine africaine à travers le temps et l’espace.

Le cours de métaphysique divine de l’ISA permet à l’Africain de cerner la théologie du Verbe dans son énoncé Osirien (l’énoncé du prêtre négro-égyptien Thot), dans un énoncé africain (l’énoncé des écoles initiatique kongo) ; ainsi l’ISA est la continuation des enseignements des anciennes académies du mystère sacerdotale dans un contexte moderne.

L’œuvre de l’ISA se veut la préparation de l’homme noir pour l’accomplissement de la prophétie du grand prophète Kongo Simpon Kimbangu qui enseigna que : « L’homme noir de viendra blanc et l’homme blanc deviendra noir. » Il avait prophétisé par cette phrase l’avènement imminent de la suprématie de l’épistémologie de l’homme noir, ce qui introduira une approche de la science et de technologie basée sur la centralité de la notion de la divinité.

Ainsi les séminaires de l’ISA préparent-ils l’homme noir à se battre pour l’ère spirituelle qui s’avance” , une ère à laquelle Mary Baker Eddy fait allusion quand elle écrit à la page 65 de Science et Santé: « Les puissances répandues du mal, si manifestes aujourd’hui, se montrent dans le matérialisme et le sensualisme de l’époque, luttant contre l’ère spirituelle qui s’avance. » Je pense que cette ère spirituelle exige un inversion de la tendance épistémologique que le matérialisme de l’Occident ne peut jamais introduire. L’espoir de l’humanité est donc sur la mentalité de l’homme noir.

Différence entre les religions d’origine égyptienne et les religions hindouistes

Mon approche me permet de faire une nette distinction entre les religions orientales et la théologie du Verbe issue de l’Egypte. Les religions orientales ne sont qu’une déformation de la théologie du Verbe suite à l’influence de la domination des Occidentaux à partir de 3000 Av. JC sur la pensée dravidienne qui était avant identique à celle égyptienne.

Les doctrines métaphysiques divines d’origine égyptienne partent de la perfection pour démontrer le néant de l’imperfection, tandis que les religions hindouistes partent de l’imperfection pour démontrer la perfection.

Cette différentiation est très importante car la tendance moderne est toujours de mélanger les religions d’origine égyptienne et celles hindouistes dans une métaphysique dont les contours ne sont jamais clairs

C’est cette tendance qui a conduit à l’adoption de l’hypnotisme positif et de la suggestion mentale comme démarche thérapeutique par la grande majorité des guérisseurs métaphysiciens.

C’est la même tendance qui conduit aujourd’hui beaucoup d’autres à rechercher le sens corporel aigu (la vision éthérique) par des moyens matériels tombant de ce fait dans le mystère humain.

La démarche de l’ISA permet donc d’éviter cette dérive malheureuse de la pratique moderne de la métaphysique.

Sessions de cours de métaphysique divine

L’ISA organise des séminaires chaque année selon la disponibilité des élèves et la demande de la métaphysique divine. Les candidats peuvent obtenir leur inscription à l’un de ces séminaires auprès de la secrétaire de l’ISA.

La date du début des cors est fixée de commun accord avec les élèves et n’est communiqué à ceux-ci qu’après l’approbation de leur demande d’inscription et le payement des frais d’inscription.

Projets d’avenir

Les activités de l’ISA sont pour l’instant basées à Kinshasa, elles pourront s’étendre à d’autres villes ou même à d’autres pays d’Afrique et de la diaspora quand les circonstances s’y prêteront.

Biographie de Dr Kiatezua

Dr. Kiatezua Lubanzadio Luyaluka PhD. Hon. en théologie (apologétique)

Né à Kinshasa, Dr Kiatezua L. Luyaluka, après trente deux ans de recherche en métaphysique divine, enseigne aujourd’hui son approche de guérison métaphysique et de lutte contre la sorcellerie dans le cadre de l’Institut des Sciences Animiques qu’il a créé.

Il est détenteur d’un Ph.D. (Hon.) en théologie (apologétique), de Trinity Graduate School of Apologetics and Theology de Kerala en Inde, obtenu avec grande distinction. Sa thèse de doctorat, sanctionnée par la mention A (la plus grande distinction), s’intitule: « Correcte perception of kindoki basis for a deep Christianization of Africans ».

Dr Kiatezua est l’auteur du livre Vaincre la sorcellerie en Afrique paru chez l’Harmattan, Paris, 2009

Résumé de la thèse de doctorat de Dr Luyaluka

Une perception erronée à amené l’Eglise à diaboliser l’héritage spirituel africain et à manqué de discerner les valeurs positives y enfouies en prenant la religion-mystère africaine pour de la sorcellerie. Ainsi l’Eglise a-t-elle manqué de faire la connexion entre la spiritualité qu’elle a amenée et celle que l’Africain avait déjà. La conséquence de ceci est la nature superficielle de la conversion des Noirs d’Afrique que l’Eglise déplore.

Ma thèse propose une restauration sémantique de la valeur du concept du kindoki, la religion-mystère kongo. Ceci m’a permis de faire une distinction entre les éléments positifs et les éléments négatifs de la religion traditionnelle africaine et de révéler la différence qui existe entre la sorcellerie et le kindoki.

Mon approche est une étude étymologique du concept du kindoki, une analyse des enseignements religieux africains, une classification du mystère africain en mystère divin, mystère humain et mystère démoniaque et leur étude comparée avec le Christianisme.

Cette étude, basée sur la tribu kongo, va aider l’Eglise à :

  1. Comprendre la différence entre le kindoki et la sorcellerie.
  2. Évangéliser la mentalité religieuse profonde de l’Africain et éviter la confusion qui conduit l’Africain à osciller entre l’Evangile et l’animisme.
  3. Combattre efficacement la sorcellerie, ce qui est un grand besoin pour l’Afrique.

Le Christianisme sera plus efficace en Afrique dans la mesure où il aidera les Africains à comprendre leur âme profonde et leur entendement profond, à distinguer les éléments positifs de leur héritage spirituel des éléments négatifs et dans la mesure où il basera la conversion des Africains sur les éléments positifs enfouis dans leur culture.

Bibliographie

tous les livres mentionnés ci-dessous sont disponibles en version kindle chez Amazone.

1.1       Parus aux Editions l’Harmattan, Paris :
  • Vaincre la sorcellerie en Afrique, 2009. Ce livre approfondit, sous l’angle anthropologique, la problématique de la lutte contre la sorcellerie.
  • La Religion kôngo, 2010. Ce livre expose la théologie kôngo, ses origines égyptiennes et sa convergence avec la religion chrétienne et l’égyptienne.
  • L’Inefficacité de l’Eglise face à la sorcellerie africaine, 2010. Ce livre approfondit, sous l’angle théologique, la problématique exposée dans Vaincre la sorcellerie en Afrique.
1.2       Parus aux Editions ISA, Kinshasa :
ouvrages parus en Français et disponibles en version Kindle chez Amazon.com
  • Kindoki : un mystère négro-africain élucidé, 2000, paru sous le pseudonyme de Ne Kiana Mazamba.
  • La spiritualité afrocentrique, 2012, une exposition de la spiritualité négro-africaine pratique et efficace.
  • Sorcellerie et développement en milieu négro-africain, 2012, une démonstration de la nécessité et de la possibilité d’une lutte efficace contre la sorcellerie comme préalable au développement de l’Afrique.
  • L’Enigme de la résurrection de Jésus, 2012, ce livre recadre la résurrection de Jésus dans son vrai contexte qui est loin du discours théologique scolastique.
  • Le Mythe de Nzala Mpânda, 2012, hypothèse de l’avènement imminent de la pensée solaire, pensée chère aux Négro-africains, tel que prévu par ce mythe.
  • Les Bases épistémologiques du savoir négro-africain, 2012, la pensée négro-africaine repose sur des bases plus scientifiques que la pensée occidentale d’où sa nécessité pour le vrai progrès du Négro-africain.
  • La Cosmologie théocentrique du bit-bang;  2014, une nouvelle théorie de la gravitation plus simple et plus complète toutes les théories de la physique moderne. 
TOUTES NOS PUBLICATIONS PEUVENT ETRE OBTENUES SUR AMAZON.COM OU EN CLIQUANT ICI
1.4  Article scientifique

Religion and Science Conversion Possibility: Towards the Formulation of a Systematic Theodicy of African Traditional Religion and its Reinterpretation of Empirical Cosmology“, in The Journal of Pan African Studies, vol.7, no.7, December 2014

7 Comments on “Présentation de l’Institut des Sciences Animiques”


  1. Cela est une nécessité que l’homme noire retrouve ses origines. Nous sommes sans ignorer que nous devons à tout prix faire ce retour obligé vers ce que moi j’appelle “notre cannan spirituelle”

  2. KONDO Says:

    Que le DIEU d’Afrique noir soit glorifié de t’avoir inspiré Dr Kiatezua pour nous reveiller nous noirs africains.

    • BILOGUI Elie Longin Magloire Says:

      Je rend infiniment grâce à Dieu de ce que “le plan qu’il a prévu pour” l’Afrique est en marche.En effet j’ai pu réaliser en te lisant que le noir africain peut effectivement sortir de l’obcurantisme.Avant moi aussi j’étais convaincu que la situation du noir était simplement sans issue.Que dieu te bénisse Dr KIATEZUA.

  3. Jean-D. Says:

    La pertinance des travaux de Dr Kiatézua est remarquable,certes, mais je voudrais encourager ceux qui font les commantaires à être plus démonstratifs dans leurs interventions, de montrer en quoi ces travaux sont salutaires pour l’Africains, ou vous réveillent. Sinon on sombre dans une sorte de culte de la personnalité. Cela constitue un voile qui obstrue la vérité.

  4. salvete Says:

    Que le Dieu Tout-puissant bénisse le Dr Kiatézua, et lui accorde sa protection, et lui donne longue vie.

  5. KOM Bernard Says:

    Vos thèses sont assez crédibles Dr KIATEZUA, et vous menez un combat noble. Du courage, et surtout que vos recherches puissent survivre après vous, avec l’aide de Dieu.

  6. Lamine Says:

    Dr KIATEZUA, vous plantez aujourd’hui ce que les générations futures pourraient récolter. Par mesure de sécurité, multipliez vos élèves et forgez les pour qu’ils puissent continuer votre oeuvre pendant des siècles et des siècles. Bon courage pour la suite.


Comments are closed.


%d bloggers like this: