La substance réelle de l’être

 

Je m’étais longtemps souvent posé la question de savoir : quelle est la traduction du mot « matière » dans la langue de mon ethnie, le kikôngo ? J’avais essayé plusieurs concepts pour traduire l’idée de la matière en kikôngo, jusqu’au jour où je suis arrivé à la conclusion que mes ancêtres négro-africains n’avaient pas la conception de la substance de l’être comme étant matérielle !

L’Africain a toujours conçu que la substance réelle de l’être est l’Esprit et que ce qui semble être une apparence matérielle n’est qu’une limitation, une illusion. Les Bassas du Cameroun nous rappellent cette réalité de la spiritualité divine afrocentrique quand ils appellent l’homme qu’ils voient : « mut binam ». Ce qui se traduit littéralement par « l’homme qui a deux jambes et deux mains ». Les Bassas sous-entendent par là que l’homme réel (mut) est cette réalité que les sens corporels ne peuvent pas cerner et qui est faiblement manifestée par l’homme visible.  

Une telle vision des choses peut paraitre choquante à notre éducation de type rationaliste. En effet, les sciences rationalistes nous apprennent que l’univers est composé d’une substance que l’on appelle « matière ». Il faut cependant souligner que, contrairement à ce que le commun des mortels croit, ces sciences modernes n’ont jamais démontré l’existence réelle d’une substance matérielle. C’est donc par présupposition qu’elles acceptent cette vision des choses !

Dans mon livre intitulé : la Religion kôngo[i], je démontre par une logique scientifique, grâce à un argument cosmologique basé sur l’individualité, que ce qui semble être une réalité matérielle n’est qu’une perception limitée et/ou renversée de la réalité de l’être qui elle est totalement spirituelle. Ce concept scientifique afrocentrique de la substance si étrange à la pensée rationaliste occidentale est pourtant toujours présent dans notre expérience de tous les jours.

Figurez-vous comme étant dans une journée ensoleillée, le ciel est dégagé et vous voyez un avion (soit de type DC 10) voler à quelques kilomètres au dessus de votre tête. Si je vous demande : comment apparait-il ? Vous me direz certes qu’il est très petit selon vos sens matériels corporels. Mais si je vous demande : comment l’avion est-il en réalité (un DC-10) ? Vous me direz : très grand. Sans doute, dans votre conviction, il n’y a pas deux avions : un petit et un grand. Le petit avion que vous semblez voir, c’est le grand, ainsi vous utilisez plus que vos sens corporels pour cerner la réalité de l’aéronef,  vous utilisez votre compréhension de l’aéronautique.

Parallèlement à cette analogie de l’avion, la Science Divine nous demande d’aller au-delà des apparences pour comprendre que l’homme et l’univers sont maintenant même spirituels là même où ils semblent être matériels. L’Epitre aux Hébreux affirme cet état des choses lorsqu’elle nous apprend que : « C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. »[ii]  

Là même où il semble limité et entaché des erreurs (le péché, la maladie et la mort), l’homme est en réalité composé de toutes les qualités infinies de l’Esprit. Là même où il semble y avoir un cœur matériel, l’homme a une générosité infinie qui est la seule réalité de son cœur ; là même où il semble y avoir une pair d’yeux limités, l’homme a une perception infinie qui constitue réellement ses yeux ; là même où il semble y avoir deux bras, l’homme manifeste une activité illimitée, la réalité de ses bras. Cependant, peu nous importe de savoir absolument quelle qualité représente réellement chaque organe de notre être; il nous suffit de comprendre que là où il semble y avoir des organes limités, l’homme a en réalité des qualités spirituelles infinies.

Contemplant l’ordre matériel des choses Thot d’Atlante, l’initiateur de toute la sagesse d’Egypte (celle-là même que Moïse, le prophète hébreux, a apprise et qu’il a enseignée aux Israelites – Actes 7 :22) nous avertit : «Rappelle toi, ô homme, tout ce qui existe est simplement une autre forme de ce qui n’existe pas. »[iii] La matière, comme je l’ai dis ci-haut, n’est donc qu’une perspective limitée et/ou renversée de la réalité spirituelle, la seule réalité qui nous constitue et qui nous entoure.

Cette vision des choses, si importante à la thérapeutique métaphysique divine, nous protège contre la croyance à la sorcellerie. Car la sorcellerie prétend être à même de détruire et de voler tout ce qui est matériel ou tout ce que nous croyons être matériel. C’est donc une protection importante contre cette croyance qui dévaste l’Afrique que de comprendre que tout en nous et autour de nous n’est en réalité composé que des qualités spirituelles infinies.

Après avoir acheté ma première voiture, j’étais butté à une sérieuse difficulté, cet engin tombait tout le temps en panne. J’étais tellement submergé par les dépenses que cela m’occasionnait que la pensée de la revendre hantait mon esprit. D’aucun m’aurait dit que cette situation était normale car je l’avais achetée de seconde main. Mais je voyais la situation d’une autre manière et plutôt que de céder au découragement, je me suis attaché à la compréhension que la voiture n’est pas en réalité composée des tôles, des coussins, des pièces mécaniques…, car je savais qu’une telle énumération implique nécessairement aussi les pannes, les accidents, les tracasseries policières, etc., comme faisant partie intégrante.

Je prenais donc conscience que la vraie voiture et la seule que Dieu m’avait donnée est composés des qualités infinies telles que : le confort, la solidité, l’harmonie, l’endurance, la promptitude… L’auteur de Science et santé avec la clé des Ecritures nous dit que « Tout est Entendement infini et sa manifestation infinie. »[iv] Comprenant que le « tout » dont elle fait allusion inclut aussi ma voiture, j’affirmais que celle-ci est une manifestation de l’Entendement divin, une idée spirituelle.

Fort de cette conviction de la nature spirituelle de la réalité de ma voiture, je rejetais chaque fois la suggestion selon laquelle ma voiture pouvait être contrôlée par les prétendues forces maléfiques. Car je comprenais que Dieu est l’unique Principe qui gouverne Ses idées dans le confort, la solidité, l’harmonie, l’endurance, la promptitude… Ce faisant, je réfutais donc la croyance erronée que la réalité de ma voiture était totalement matérielle. Grâce à cette compréhension les pannes ont cessées et cette voiture continue à m’aider jusqu’aujourd’hui.

Comprendre que la réalité de l’être est spirituelle nous rend maitre de la croyance à la matière et nous permet de ne pas nous soumettre à ses limitations. Les Ecritures Saintes et la spiritualité afrocentriques nous apprennent que Dieu a créé l’homme à Son image et à Sa ressemblance et lui a donnée la domination sur toute la terre. Nous pouvons commencer dés aujourd’hui à exercer cette domination grâce à cette vision spirituellement positive de la substance réelle de l’être : l’Esprit.


[i] Kiatezua L. Luyaluka, la Religion kôngo, Harmattan, 2010, pp. 67-95.

[ii] Epitre aux Hébreux 11 : 3.

[iii] Les Chemins d’Hermès, http://www.lechemind’hermes.org.   

[iv] Mary Baker Eddy, Science et Santé avec la clé des Ecritures, Boston, 1917, p. 468.

4 Comments on “La substance réelle de l’être”

  1. NIMI D. Says:

    Bien merci pour ces efforts afin que nous puissions mieux comprendre ces expressions dans nos propres langues…

  2. NIMI D. Says:

    Cette façon de comprendre que toute chose est spirituelle est vraiment authentique et cela nous aide aussi beaucoup dans notre vie de tout les jours.


  3. Je m’adresse à l’auteur de l’article LA SUBSTANCE RÉELLE DE L’ÊTRE. Est-ce bien Kiatezua L. Luyaluka?
    J’ai bien aimé vous lire. La simplicité de votre exposé, sans doute; les exemples donnés.
    Il me semble que c’est un bon équilibre entre les préjugés qui peuvent dominer les deux continents. Cela ne devrait pas suffire car cela ne donne rien contre le rationalisme et la sorcellerie de les condamner au nom de la religion. Chacun reste sur ses positions.
    Il faudrait expliquer en quoi consiste ce qu’on appelle matière, science et pouvoir occulte. Et cet esprit divin, en quoi consiste-t-il? Comment a-t-il réparé votre automobile? Rien que par la foi comme élimination d’une inquiétude qui était pourtant justifiée? Si Dieu est esprit, qu’est-ce qu’un esprit?
    La pensée va toujours un peu plus loin et se communique par son exercice. Quels sont les philosophes que vous aimez lire?
    Meilleures salutations.

  4. LES PENSEURS Says:

    Nous devons à la vue de cet article faire un examen de conscience sur notre façon de concevoir cette substance réelle de l’être.


Comments are closed.


%d bloggers like this: