Comment ils ont prié pour vaincre les prétentions de la sorcellerie

 

Guérison d’un cas d’opposition maléfique

J’exerce mon métier de médecin dans une petite ville située dans la région nord de la République du Congo. Après avoir suivi le cours de métaphysique divine de l’Institut des Sciences Animiques (ISA), j’ai vu les recettes réalisées à mon service passer de 50.000 CFA à 600.000 CFA (1200 $ US) grâce à l’application des enseignements appris au cours. Ce succès avait attisé la jalousie de mon collègue qui était le doyen dans cette formation médicale.

Un matin, ce doyen vint me quereller, la dispute fut très rude. J’entendis une voix me dire : « Ne réponds pas à l’insensé selon sa folie, De peur que tu ne lui ressembles toi-même. » (Proverbe 26 : 4.) Bien que, je pris la précaution de diriger les patients cette fois chez lui, ceux-ci refusaient de se faire consulter par lui et me conseillaient de me surpasser malgré l’antagonisme du doyen et de continuer à m’occuper d’eux.

Voyant la situation, les infirmiers me mirent en garde contre la sorcellerie et me dirent d’être prudent, car ils connaissaient les intentions malveillantes du doyen et le fait qu’il versait dans les pratiques démoniaques.

Dans ma prière, j’ai affirmé que Dieu est la Vie, ma vie ; Il est la source de mon être et me l’accorde d’une façon infinie, permanente et harmonieuse. D’où je manifeste la santé parfaite et complète, l’abondance et la protection au-delà de toute mesure, comme le manifeste aussi toute personne autour de moi.

Entouré de l’Amour divin, j’étais convaincu que rien de maléfique ne pouvait m’atteindre et je fis la mise en garde apprise au cours, en demandant à Dieu de montrer aux prétendus sorciers les conséquences de leurs actions qui ne peuvent que les précipiter à la mort. J’ai appris au cours que l’amour divin est un bouclier dont la protection expose le prétendu sorcier à l’effet boomerang de ses propres actes.

Le lendemain matin, je vis au seuil de ma porte une vipère et je l’ai tué. J’ai encore fait la mise en garde au cas où la présence du reptile serait l’œuvre des suggestions maléfiques. J’ai exposé le corps de la vipère morte sur l’étalage d’herbes dehors.

Pendant que je me dirigeais vers la rue, le doyen était sur sa véranda, il faisait des incantations. Je le saluais et il me répondit : « Bonjour les amis. » le fait qu’il dit « les amis » attira mon attention sur ma conviction d’être toujours accompagné des ancêtres-saints.

Le soir, à mon retour, il débroussaillait sa devanture, quand je suis rentré dans ma maison, mitoyenne à la sienne, il prit son téléphone, parlant à son interlocuteur, il criait : « venez me chercher, je dois quitter les lieux le plus vite possible, je ne dois pas passer la nuit dans cette maison, venez le plus vite possible. » Trente minutes après une fourgonnette est venue et le doyen a vidé toute sa maison pour rentrer à son village natale. Après son départ, je me suis rendu compte que le corps de la vipère avait disparu.

Notre soucis dans une telle lutte, n’est pas de faire la guerre aux prétendus sorciers, mais d’aligner notre vie à la Parole divine et de la garder brillante et éclatante dans notre conscience. Le  cours m’a appris que le mal est toujours néant quelles que soient ses prétentions. Je garde encore fraichement à l’esprit cette citation du professeur apprise au premier jour du cours : « l’Afrique regroupe des potentialités énormes et elle ne peut que compter sur ses enfants, d’où nous devons lutter contre le fléau de la sorcellerie pour une indépendance vraie, pour une Afrique libre, puissante et plus prospère. »

Nom de l’auteur omis.

 

Protection contre une attaque maléfique

II y a quelques mois, j’avais été appelé au chevet d’un patient. Celui-ci avait subi une intervention chirurgicale, et la situation se compliquait de plus en plus.

Il m’avoua que cela était dû à une manipulation maléfique raison pour laquelle il sollicitait un traitement spirituel. J’acceptai volontiers de prier pour lui et tout s’était bien passé. Nous devrions nous rencontrer deux jours plus tard dans l’après-midi. C’est donc plus précisément au jour du rendez-vous que je me suis levé avec des douleurs atroces au pied gauche, je n’arrivais pas à mettre ce pied à terre. Je n’avais reçu aucun choc au pied. J’ai compris que j’étais en présence d’une attaque des esprits maléfiques (sorcellerie) et que cela cherchait alors à m’empêcher de me rendre chez le patient comme convenu auparavant. Devant cette situation je n’avais qu’un seul remède à « avaler » : prier pour comprendre la Vérité. Et c’est ce qui fut fait immédiatement.

Tout naturellement, j’ai commencé ma prière par affirmer ma pureté en tant qu’image de Dieu, le reflet de sa nature, car cela est un préalable dans la spiritualité afrocentrique bantoue. En prenant ensuite conscience de la présence des ancêtres-saints autour de moi j’ai sollicité leur secours. Ma prière a consisté à affirmer profondément et consciencieusement que c’est Dieu, l’Entendement infini qui me gouverne et que je n’agis que sous Son contrôle. C’est Lui le Soleil qui brille en moi et autour de moi. Il me gouverne d’une manière pure, sainte, harmonieuse, libre, etc.

Puisque Dieu m’a crée à son image et à sa ressemblance, je manifeste donc toute la substance de l’Entendement. Par conséquent toutes Ses qualités sont en moi et constituent mon être véritable. Ainsi mon pied ne reflète que la perfection divine, les suggestions agressives de douleur, des attaques maléfiques, de maladie, etc., n’ont aucun pouvoir de se manifester en moi ni en qui que ce soit. Elles sont irréelles et néant ; elles n’existent même pas en tant que prétention de l’entendement mortel car celui-ci n’ayant pas d’origine n’existe donc pas, Dieu, la Vérité étant Tout en tout.

Au bout de quelques heures qui suivirent, je fus complètement libéré de cette erreur.

Je suis très reconnaissant envers mon Dieu, pour Sa bonté, Sa protection et Son amour vis-à-vis de Ses enfants. Je remercie l’Institut des Sciences Animiques de m’avoir permis par son enseignement sur la spiritualité afrocentrique bantoue de mieux comprendre ma mission véritable sur cette terre : manifester le Verbe, la gloire de Dieu en moi et autour de moi.

Mouassi Madzoko

République du Congo

 

 

Protection contre un vol

Nous avons appris, lors d’un séminaire sur la métaphysique divine organisé par l’Institut des Sciences Animiques (ISA), comment nous comporter  devant une situation urgente qui nécessite la prière, même quand nous somme en plein travail ou sur la route en train de marcher ; il s’agit de l’appel des ancêtres-saints ou la prise de conscience de la présence de l’armée céleste autour de nous.

Un jour, j’étais parti en ville faire des emplettes. Après mes courses, il me fallait prendre un bus pour rentrer à la maison, chemin faisant, j’ai tout d’un coup senti quelqu’un m’agresser par derrière. Il avait une serviette blanche à la main qu’il avait frappé sur mon dos. Pour lui, je l’ai compris après, c’était une façon de m’hypnotiser pour enfin me voler. Le temps de savoir ce qui se passait, le garçon s’était déjà éloigné de moi. A ma gauche, j’ai vu un autre jeune homme qui m’a dit : « Oh maman faites attention, ce garçon est un voleur. »

J’ai ainsi vite compris que c’était là une invitation à la prière. Marchant sur la route, je ne pouvais pas m’arrêter un long moment pour faire une prière exhaustive ; j’ai seulement fais l’appel des saints comme nous l’avons appris au séminaire en disant ceci : « Vous mes ancêtres-saints, venez et soyez devant moi, soyez derrière moi, soyez à la ma gauche et soyez à la ma droite. »

A la fin de ma brève prière, j’ai vu mon assaillant revenir vers moi pour accomplir sa besogne. Quand il m’a regardé, moi aussi je l’avais fixé, il s’exclama en disant : « comment toi qui marches seule mais tu as autour de toi beaucoup des gens ? Tu es une sorcière. » Il faisait allusion à la présence des ancêtres-saints autour de moi que lui par sa perception éthérique voyait clairement. Je lui ai rétorqué : « Ne penses pas que tous les gens que tu croise sur la rue sont sans défense. » Pour lui le fait que j’étais entouré de l’armée céleste n’était pas normal, d’où il l’a qualifié de sorcellerie ; alors que moi j’avais compris que la présence des ancêtres-saints autour de moi devait me protéger et rendre nul ses suggestions négatives.

Au moment de cette échange, une troisième personne est apparue pour me dire : « Eh maman, on a voulu te voler mais la tentative a échoué parce que tu pries. Pardonne seulement ce garçon. » Une pensée m’est venue et je lui ai répondu : « Qu’il demande pardon à Dieu, quant à moi, il ne m’a pas fait du mal. »

C’est toute joyeuse que j’ai pris mon bus pour continuer mon chemin de retour ; Je suis pleine de reconnaissance à Dieu et à l’ISA pour les enseignements reçus.

Ritha Mabanza

République démocratique du Congo

pour en savoir plus sur cette approche de lutte contre la sorcellerie veuillez consulter les ouvrages suivants :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: